• Dame de Sport

Entrevue avec Monique BERNARD - Présidente du VBN

-> Bonjour Monique, pouvez vous vous présenter, votre parcours, depuis quand êtes-vous dirigeante du VBN, quelle était votre profession ?


Je suis Monique Bernard, Présidente du Volley-Ball Nantes, j’étais professeur d’EPS jusqu’à ma retraite, je suis mariée, j’ai 5 enfants. J’ai commencé à jouer au volley au VBN à l’âge de 12 ans, puis à 17 ans je m’y suis investie sur le plan administratif. J’ai également été entraineur, arbitre puis je suis devenue présidente beaucoup plus tard, à partir de 2005 avec le décès de Philippe Dupau.


-> Pourquoi et comment êtes-vous devenue dirigeante ? Quelles ont été vos motivations ?


La question de devenir dirigeante ne s’est pas posée, cette décision a été intuitive et s’est imposée à moi par rapport à ma vie de joueuse de volley ball et mon investissement dans ce club. On peut dire qu’au départ ça a été un club familial et que j’ai suivi l’exemple de mon père et de mes soeurs, cela a donc été logique que je prenne la suite d’autant plus que j’étais une passionnée du Volley Ball et une passionnée de mon club. J’ai donc pris la suite et j’ai continué à diriger ce VBN, de petit club de quartier à devenir club professionnel.


-> Quel regard portez-vous sur le fait qu’il y ait plus d’hommes dirigeants que de femmes dirigeantes ? Seulement 17% de femmes dirigeantes en France (entreprise et association)


Je ne crois pas que les femmes ne veulent pas être dirigeantes, mais c’est plus le fait que souvent elles ne peuvent pas être dirigeantes étant donné qu’elles ont souvent la gestion des enfants, la gestion de faire tourner la maison et qu’elles n’ont pas de temps à donner à une mission de dirigeante. Il va falloir aboutir à l’évolution de la perception de la femme dans notre société pour réussir à faire en sorte qu’il y ait une parité d’hommes et de femmes dirigeantes, mais il va devoir également y avoir une évolution du couple avec le fait que l’homme accepte que la femme soit absente de son foyer pour aller s’occuper à l’extérieur de missions autres.


-> Pensez-vous que c’est plus compliqué pour une femme d’être et / ou de devenir sportive professionnelle que pour un homme ?


Je ne pense pas que ce soit plus compliqué pour une femme que pour un homme de devenir sportive professionnelle étant donné que c’est un choix que l’on fait assez jeune et que la discrimination homme / femme ne commence pas pendant l’enfance et que la jeune femme qui est douée et qui a du talent n’aura pas de problème et on ne lui mettra pas des bâtons dans les roues pour qu’elle devienne professionnelle. C’est plus par rapport à la structure qui l’aura accueillie ou à l’accompagnement familial, etc.


-> Avez-vous rencontré des difficultés en tant que femme au cours de vos années de direction ? Si oui, lesquelles ?


Je n’ai pas rencontré de difficultés dans les années de direction du VBN. Cependant pour avoir observé ce qui se passe a l’extérieur, je pense sincèrement qu’une femme qui a les compétences et qui est investie dans un club et si elle a le charisme d’être dirigeante ou présidente, je pense qu’elle n’aura pas de problème à maîtriser ses fonctions, sauf si elle évolue dans un milieu très masculin ou macho, même si on voit bien qu’au foot par exemple il y a des présidentes (notamment la ligue de foot nationale). Je pense vraiment que c’est une question de compétence et d’investissement. Quand j’ai dit qu’une femme avait les mêmes chances qu’un homme de devenir sportive professionnelle, c’est tout de même plus compliqué pour la dirigeance puisque le choix va se faire plus tard et que la question de l’enfant va se poser et que la femme est aussi maman et qu’à un moment donné elle doit consacrer du temps à la maternité et même si c’est la plus belle chose qui puisse nous arriver, ça peut être un frein à des investissements à un moment donné, d’autant plus si la gestion familiale n’aide pas cette femme à avoir des des missions à l’extérieur. Je ne dis pas que la maternité empêche de devenir dirigeante, c’est d’ailleurs pour ça que j’ai précisé que j’avais 5 enfants, la preuve on a pu le faire, et quand je dis « on », c’est parce que j’avais un mari qui allait avec moi et qu’on avait une gestion qui était familiale, qui était en fonction de mes implications. Donc voilà, pour qu’une femme arrive à gérer ce phénomène de dirigeant, de président, il faut qu’il y ait d’abord une gestion familiale et un soutien à l’extérieur pour qu’elle puisse maîtriser ces fonctions là. Mais une fois qu’elle aura géré ça, l’environnement à l’extérieur l’acceptera.


-> Observez-vous une évolution du sport féminin ? (salaire, professionnalisme) Et du regard porté sur le sport féminin ? (médias, grand public)


En tant que présidente d’un club féminin, je pense qu’il y a eu une évolution du sport féminin à haut niveau dans le professionnalisme, dans la considération je crois, dans les salaires aussi, par rapport aux débuts du professionnalisme au niveau du Volley Ball notamment, on voit désormais qu’il y a une légère augmentation. Ceci-dit, on n’arrive absolument pas à la parité, on est très loin salaire féminin / salaire masculin, ce n’est pas du tout une égalité, donc on a encore beaucoup de travail à faire.

Par rapport au regard des médias, contrairement à ce que je peux entendre dire autour de moi, actuellement, oui on progresse. Si on parle que de notre expérience dans les médias locaux et la presse on est couverts, mais si on regarde les médias nationaux et surtout la télévision, on est loin du compte et on se sert toujours des activités comme le foot féminin parce que le foot masculin a été une locomotive du foot féminin et donc ils ont eu cette couverture médiatique, mais quand on s‘occupe du volley féminin on se rend compte qu’on est très loin du compte, d’une parité au niveau du temps d’écoute. Ce qui m’horripile le plus c’est qu’on a beaucoup de journalistes féminines notamment à la télévision, d’ailleurs on ne les choisi jamais laides, mais en plus on les choisi pour qu’elle parle de sport masculin, à un moment donné il va falloir que les femmes travaillent pour elles mêmes, et c’est pas toujours ce qui se passe.


-> Selon vous, qu’est ce qui pourrait être amélioré dans le sport féminin ? Et dans les actions à mener pour sa promotion ?


S’acharner, continuer à militer, ne jamais baisser les bras, lutter et toujours être très pro, c’est à dire irréprochable et faire le boulot proprement et peut être qu’un jour on arrivera à avoir une médiatisation plus importante et qu’on aura un regard différent sur le sport au féminin, mais pour l’instant on est loin du compte.

23 vues
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White Twitter Icon

© 2018 - Dame de Sport - Créé avec Wix.com